15 janvier 2010

 

Un entretien avec des écoliers de Sre Ambel

Pour permettre aux jeunes français de comprendre la vie de tous les jours des jeunes cambodgiens, nous avons discuté avec 6 écoliers de "notre" école de Sre Ambel.


Tous en classe 5 (correspondant au CM2 français mais il existe aussi une sixième classe en primaire)

Pari, fille, 14 ans Phi, garçon, 15 ans

Chhuk, fille 16 ans Phek, garçon, 13 ans

Choeun, fille, 13 ans Chun, garçon, 15 ans

L'âge est indicatif car dans certaines familles on commence à compter à la conception. On peut aussi commencer à compter 1, le jour de la naissance (il a 0 ans mais est dans sa première année). Des tas de gens ne connaissent pas leur date de naissance.



Les questions

A quelle heure quittez vous réveillez vous?

6 heures

A quelle heure quittez-vous la maison?

6 heures 30

A quelle heure commence l'école?

7 heures

A quelle heure rentrez-vous à la maison?

10:30 - 11:00

Qu’aimez-vous le plus à l'école?

Voir les amis

Quelle matière préférez-vous?

Le Khmer

Comment allez-vous à l'école?

A pied. (30 minutes pour les 2 ou 3 km.)

Avez-vous des cahiers?

Oui, 4

Avez-vous des livres?

Oui, 4

Quel genre de maison avez-vous?

En bois sur pilotis.

Combien y a-t-il de personnes dans le foyer?
8 / 6 / 5 / 6 / 8 / 4

Jouez-vous?
Oui, les filles à l'élastique (un élastique constitué de centaines de petits élastiques).

Où dormez-vous?

Sur une natte tous dans la même pièce. Sous une moustiquaire.

Que mangez-vous?

Du riz avec du poisson, du poulet, des épices.

Qui fait à manger?

Maman

A quelle heure mangez-vous?

Avant de partir à l’école ; à midi et à 17:00

Quand vous n'êtes pas à l'école, que faites vous?
Aider la famille

Connaissez-vous Phnom Penh? (La Capitale du Cambodge)

5 non ; 1 oui.

N.B : ils savent que c’est la capitale, mais n’y sont jamais allés sauf 1 ; Phnom Penh est à peu près à 100km de chez eux.

Connaissez-vous d’autres villes de votre province?

Non

Êtes vous déjà allé au bord de la mer? (distante de qq km mais inaccessible autrement qu'en bateau) Non

Où allez-vous alors, quand vous allez vous promener?

Voir de la famille dans le voisinage ; on reste dans le district de Sre Ambel.

Quel travail voulez-vous faire dans le futur?

Employé - ouvrier dans la grande raffinerie de sucre située dans le village.

Voulez-vous vous marier?

Tous : oui

Combien d'enfants voulez-vous?

Les filles : 2 / Les garçons : 3, 4, 2

N.B : il n’y a pas encore si longtemps, les familles étaient de 5 à 8 enfants, comme le montre la question précédente.

Où voulez vous vivre votre vie d'adultes?

TOUS : Ici, au village.



Nos commentaires sur ces réponses étonnamment tranquilles :

Il faut rappeler d’abord qu’il n'y a toujours pas l'électricité dans le village. Les poteaux sont prêts depuis longtemps mais il n’y a toujours pas de fil. Et la nuit tombe très tôt. Les enfants du village n’ont donc ni télévision (parfois un appareil fonctionne une heure ou deux avec une sorte de groupe électrogène fabriqué à partir d’un moteur ; encore faut-il avoir l’argent pour acheter l’essence nécessaire...), ni évidemment ordinateurs, ni rien de ce qui pourrait leur montrer un autre monde que le leur. Une famille avait un poste de radio quand nous y sommes allés, mais ne recevait qu’une longueur d’onde ; et là aussi, il faut de l’argent pour acheter des piles.

Plusieurs choses nous ont frappés :

- Ces enfants semblent parfaitement heureux. D'une certaine façon ne rien avoir met à l’abri de bien des déceptions !!! Ces enfants là ne vont pas faire une crise de nerfs si la PS2 est en panne...

- L'autre chose qui m'a frappé, c'est qu'ils ne savent RIEN si l'on compare à un enfant qui a la télé, Internet et 6 heures de classe par jour...

... partant, ils ne peuvent pas avoir de rêves du genre "devenir une actrice adulée, médaille d'or de natation," car c'est une vie qu'ils n'imaginent même pas. Même devenir pompier, n'a pas de sens pour eux. J'ai essayé de leur proposer : "policier, soldat,..." des trucs qu'ils connaissent.

- On a l'impression que la vie qu'ils imaginent, c’est la même que celle de leurs parents !

Et pourtant... pas du tout.

Leurs parents se battaient pour exploiter un hectare de riz et nourrir 6 enfants.

Eux, ce qu’ils veulent, c’est devenir ouvriers (il faut savoir que, lorsque l'usine fonctionne, on est plus près des 60 heures de travail que des 35).


Ils croient naïvement que l'usine la leur apportera (nous savons très bien que c'est faux et qu'un patron n'aura aucun scrupule à fermer l'usine si ça l'arrange).

Ce qu'ils veulent c'est la SÉCURITÉ, c'est NE PAS AVOIR PEUR du lendemain.

Leur souhait d'avoir un emploi salarié et seulement deux enfants, plus faciles à nourrir que 6, en est la preuve.

Et le jour où les Cambodgiens pourront ne plus avoir peur de tomber malades, ce jour là, ils seront heureux. Malgré leur vie "simple".


Comments: Enregistrer un commentaire



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?