08 décembre 2009

 

Cela ne nous rajeunit pas


De voir les enfants de Mae Afrik si grand(e) en ce qui concerne sa fille et si fort en ce qui concerne son fils nous fait, une nouvelle fois, toucher du doigt que le temps passe.
Comme on le voit ici, ils vont tous bien et Makara continue sa scolarité.
Merci encore à la marraine de cette famille qui serait à nouveau dans la rue sans elle.
Le nourrisson dans les bras de Mae Afrik, c'est son petit fils, l'enfant de sa fille ainée qui est mariée et vit dans le même village. Nul doute que l'aide que nous procurons à la mamie arrose aussi le tout petit grâce aux vases communicants.


Un qui ne vas pas si bien, c'est notre bonze qui continue à avoir les bronches malades. Le médecin écrit (en français dans le texte) "Rhinite, sinusite, laryngite aigües, toux chronique". Nous sommes son seul soutien et il va falloir payer les transfusions. Oui, une des particularités de la médecine au Cambodge, c'est qu'on y pratique la transfusion de sérum à "tous bouts de champs".
Le moine est toujours dans sa période d'apprentissage de 3 ans qui devrait déboucher sur le voyage en Inde. Il étudie à mi-temps et doit enseigner l'autre mi-temps. Toujours à Battambang. Le fait que ce garçon que nous avons connu sans avenir, sachant à peine lire et écrire à 14 ans, se retrouve enseignant est aussi une grande satisfaction.


Puisqu'on est à donner des nouvelles, Map vient de trouver un meilleur job. Il assure maintenant la maintenance chez un ISP de Phnom Penh. Il va chez les uns et chez les autres connecter les ordinateurs sur la toile.
Pour information, une liaison ADSL souffreteuse à 128 Kb coute 130 € par mois. Cela doit être ce qu'on appelle la fracture numérique. Bon en même temps, quand nos amis de Sre Ambel n'ont pas l'électricité et n'imaginent même pas ce que peut être l'Internet, on est largement au delà de la fracture.

This page is powered by Blogger. Isn't yours?