16 décembre 2008

 

Reth, sa famille, sa maison, sa moto : le bonheur

Souvenez vous lorsque Reth nous a été présenté il y a 5 ou 6 ans, il vivait dans une masure, très misérablement, sans doute en raison de sa grande et belle famille. 8 enfants.
Belle famille car ils sont tous souriants et d'une vraie gentillesse. La maman serait une très jolie femme si elle avait les moyens de s'apprêter.
La maman, puisqu'on en parle, est cette personne dont nous avons payé l'opération du goitre en mars 2008. Ça va mais cela pourrait aller mieux. Nous payons les médicaments lorsque c'est nécessaire mais le chirurgien nous dit que certaines de ses patientes ont été obligées de "repasser sur le billard". Pas très rassurant...

8 enfants. Est-ce bien raisonnable? Il ne nous appartient pas de juger. Cependant, remarquons que si c'était la norme au siècle dernier, la tendance en Asie, et avec quelques années de retard au Cambodge, est de se contenter de 2 enfants comme en occident.

8 enfants. Une des raisons qui explique que Reth s'en sort mieux maintenant c'est que les plus grands sont autonomes, deux sont moines et le troisième travaille dans la grande compagnie de culture et traitement de la canne à sucre à Sre Ambel.

La vie de Reth est aussi plus facile car il a obtenu un prêt de la banque des pauvres, ACLEDA, ce qui lui a permis de construire la maison sur pilotis que vous voyez ici (on en avait parlé au début 2008 mais elle n'était pas achevée). Non, ce n'est pas luxueux et c'est épouvantablement chaud sous la taule ondulée mais c'est plus grand et plus... moderne.


Et puis surtout, si Reth va bien (et se permet de somptueuses aggapes comme on le voit sur la photo), c'est grâce à la moto que VOUS lui avez offerte en avril dernier.
Il travaille comme moto dop (taxi moto en khmer). Comme il habite au bord de la route, c'est facile pour lui et comme la fameuse grosse compagnie attire des employés qui n'ont pas de moyens de locomotion personnels, Reth gagne sa vie GRÂCE à VOUS.

09 décembre 2008

 

Images du Marché Solidaire de Vincennes


C'est tout sauf morose. Chantal et ses deux acolytes ont accueilli des dizaines d'acheteurs avec l'enthousiasme qui les caractérise. Les autres exposants sont complémentaires et sympathiques. Les "clients" sont plutôt des amis motivés... et de gout.
Le marché solidaire mérite le détour.
Chaque stand apporte la chaleur, qui de l'Afrique, qui de l'Asie, manquant aux matins d'hiver parisien.


Et notre stand? N'est il pas le mieux achalandé?
Uniquement des objets utiles et beaux voire beaux et utiles. Au premier plan, des sets de tables pour manger chinois fabriqués en Thaïlande, les plateaux laqués peints à la main sont tous différents et viennent de Birmanie, les boites à baguettes sont vietnamiennes et tout ce qui est soierie et krama est bien sur Khmer de même que ces trousses rondes en osier coloré.
A la fin de la journée, notre association disposait de 700 € de plus pour mener ses actions.
Merci!

06 décembre 2008

 

Don et maintenant l'El Dorado Thai


Un important courrier nous demandait régulièrement des nouvelles de Don.
Il faut rappeler qu'il est un peu à l'origine de notre association. Il mendiait dans la rue, à Phnom Penh. Il fallait l'en sortir en le réinstallant à Sre Ambel et lui redonner la confiance en ces possibilités de gagner autrement qu'en tendant la main.
Ce fut fait avec succès.
Par la suite il a du aller vivre dans sa belle famille.
Enfin, il a réussi à se faire embaucher par une compagnie thailandaise (c'est le rêve de tous les Cambodgiens car les salaires offerts sont au moins 2 fois supérieurs à ceux pratiqués dans leur pays), d'abord à la frontière côté Khmer et maintenant du côté Thai.

Il cueille des fruits et gagne plus d'argent que jamais dans sa vie. Il faut compter 150 € par mois avec sa femme à comparer aux 25 € des instituteurs.
Les enfants grandissent comme dans toutes les familles. Bonne chance.

This page is powered by Blogger. Isn't yours?