31 mai 2008

 

Les dents de la (grand) mère et autres clichés de Sre Ambel


Ya qu'une dent dans la mâchoire de la Grand Mère! Pour dire la vérité, ce n'est pas la première fois qu'on évoque cela et on lui avait promis de payer les frais de dentiste. Malheureusement, entre temps, nous avons eu d'autres priorités. Supporte de moins en moins ses sept dents branlantes et nous demande de payer les sept extractions qui se dérouleront les unes après les autres. Le dentiste ne veut pas prendre le risque d'arracher tout en une fois car il a peur d'une hémorragie. Il ne s'agit que de 10 € par dent.
Ensuite, elle ne réclame pas de dentier mais nous verrons si nous pouvons en trouver un qui lui convienne.
Pour être honnête avec elle, voici une photo où son beau visage est plus à son avantage.
La photo de sa cuisine n'est pas vraiment nouvelle mais il est toujours bon de se souvenir des conditions dans lesquels vivent ceux de nos amis qui ne sont plus en âge de travailler.
En fait, la fée électricité ne viendra les visiter que dans un ou deux ans, pour ceux qui habitent au bord de la route nationale.
Un autre cliché nous montre les deux sœurs Sok et Yon, bien souriantes. Sok continue de travailler avec l'ONG de prévention du SIDA. ON la voit ici avec le téléphone que nous avons acheté et qui lui est très utile. Yon, comme tous les autres adultes du hameau travaille dans la "Grosse compagnie". Pour l'instant, on en est à la construction de la raffinerie qui produira du sucre.
Le pont qui relie notre petit coin au reste du Cambodge est ouvert et le Premier Ministre a officiellement inauguré la route qui relie Sre Ambel à la frontière Thaïlandaise.
Tout ceci accélère encore le développement de la région.

10 mai 2008

 

Cartel des producteurs de riz et fonds commun de réserve en Asie

Nouvelle # 1
Economie - Vers un cartel des producteurs de riz? Ecrit par Jean- Pierre SOVANNAVONG
Le riz comme nouvel " or blanc "? La récente pénurie de cette denrée aura en tout cas multiplié les appétits au Cambodge. D'un côté le gouvernement annonce son intention de faire du Royaume le premier producteur mondial, et de l'autre les discussions autour de la création d'un cartel des pays producteurs se multiplient

" L'idée n'est pas nouvelle "
ont répété à l'unisson les officiels cambodgiens interrogés, " le Premier ministre Hun Sen avait abordé la question l'an dernier ". Toujours est-il que ce furent les autorités thaïlandaises qui les premières signifièrent leur adhésion de principe à une organisation des pays producteurs de riz (OREC pour la version anglophone). Une organisation basée sur le modèle de l'OPEP, le célèbre cartel pétrolier. " Si nous ne travaillons pas de concert, le monde connaîtra une sérieuse crise pénurie de riz " a ainsi commenté Khieu Kanharith le porte parole du gouvernement. Outre le Cambodge et la Thaïlande, le Laos, le Myanmar et le Vietnam seraient favorables au projet. Les représentants des 5 pays devraient prochainement se rencontrer afin de concrétiser le projet. Dans l'entretemps, l'ASEAN, l'Association des pays d'Asie du Sud Est auquelle appartiennent les 5 nations concernées, a annoncé des prochaines mesures communes en vue de stabiliser les prix sur un marché désormais très volatile.

En un an les prix du riz auront presque doublé sur le marché mondial, les pays importateurs se sont montrés très réservés sur le projet OREC, " OREC ou non, le principal pour nous est que le volume des exportations soient garanties " aura ainsi déclaré un officel philippin. Les responsables de la Banque Asiatique de Développement (ADB) auront été plus directs. Dénonçant le caractère anti-libéral d'une telle organisation, l'ADB estime qu'une telle situation tournerait au désavantage des pays importateurs mais aussi des pays producteurs.

Le Cambodge, la Thaïlande, le Vietnam, le Laos et le Myanmar représentent plus de 50% des exportations mondiales de riz. S'ils devaient s'unir et travailler de concert sur la question, nul doute que le marché en serait profondément bouleversé.
(www.lepetitjournal.com - Cambodge)


Nouvelle # 2

Les ministres des Finances de 13 pays d'Asie ont décidé ce soir de créer un fonds commun de reserves en devises de 80 milliards de dollars (52 milliards d'euros) pour faire face à une éventuelle crise financière régionale.
La Chine, le Japon et la Corée du Sud fourniront 80% des fonds tandis que le reste sera financé par les 10 pays membres de l'Association des Nations de l'Asie du sud-est (Asean), selon un communiqué commun publié en marge d'une réunion de la Banque de développement asiatique (BDA) à Madrid.
Les 13 pays avaient décidé en 2000, après la crise financière asiatique de 1997/98, de créer un fonds --à caractère essentiellement bilatéral-- connu sous le nom d'Initiative Chiang Mai (CMI) pour protéger leurs devises.

Source: AFP


Note du blogger :
Ces deux nouvelles sont à lier. D'une part la Chine surfe sur la vague qui la porte cette année (Jeux Olympiques, croissante continue, bientôt la première économie du monde, etc.), d'autre part la Thaïlande prend conscience qu'elle cultive... de l'or. Ces deux pays et ces deux initiatives vont définitivement solidifier et solidariser les économies de la région. Le Cambodge bénéficiera d'un effet d'ascenseur et se trouvera tiré violemment vers le haut par ces deux poids lourds. En effet, les relations avec la Thaïlande sont du simple fait de la géographie, inévitables et importantes ; quant à la Chine, elle joue son rôle de grand frère bienveillant n'hésitant pas à offrir une aide au développement importante, efficace, bien ciblée, bon marché contrairement à l'aide occidentale qui est souvent inadaptée, chère, inutile et lié à un discours moralisateur à la limite de l'insupportable pour les gouvernements locaux. Le "fonds commun" rendra la Cambodge encore plus dépendant de la Chine mais en même temps lui garantira pratiquement l'assurance de ne pas "retourner au Moyen-Age" en cas de crise grave.

Nos amis de Sre Ambel travaillent dans la plantation / raffinerie de canne à sucre d'où sortira du sucre mais aussi à terme l'éthanol que vous utiliserez dans vos voitures. Autant de rizières en moins. Autant de raisons pour que le prix du riz augmente. Nous sommes au cœur du débat et un scénario optimiste pourrait voir les Cambodgiens gagner sur les deux tableaux : ils vont exporter les biocarburants utilisés par les occidentaux et le riz, nourriture de base de trois quart des habitants de la planète.
Reste une question : est ce que cette prospérité annoncée va bénéficier à tout le monde? entendez par là : aux ouvriers aussi ou seulement aux patrons?

 

Abandon scolaire à Sre Ambel : la faute à la crise?

Les instituteurs nous font remarquer que 4 à 5 élèves de chacun des niveaux 4, 5 et 6 de l'école primaire ont abandonné les cours ces derniers temps.
On dit que c'est pour aller travailler dans la "Grande Compagnie" et non pour rester à la maison pendant que les parents sont au travail. La différence est de taille car s'il est habituel que les enfants donnent un coup de main à la maison, [c'est d'autant plus facile puisqu'ils ne vont pas à l'école l'après midi], il est tout à fait anomal qu'ils soient "embauchés", sauf dans le cas d'apprentissage.
Il s'agit d'élèves tous âgés de 13 ans à 15 ans (il n'est pas rare que des élèves aient 4 ans de retard dans leur scolarité et que des jeunes de 13 ans se retrouvent au CE2) or le travail des enfants est interdit au Cambodge avant 15 ans. La "Grande Compagnie" se rendrait donc coupable. Etrange mais possible.
Tout ceci est à prendre au conditionnel pour l'instant. Les adolescents ne sècheraient les cours que 2 ou 3 jours par semaine.
Cela dit, il faut reconnaitre que l'abandon scolaire est toujours plus important à la fin d'une année scolaire (les grandes vacances commencent en juillet) et que les salaires offerts par cette compagnie (qui paierait les adolescents au même tarif que les adultes) incitent les parents à envoyer leurs enfants "au turbin".
D'après nos information, c'est la grande crise alimentaire mondiale (celle qui a multiplié le riz par deux en un clin d'œil) qui est responsable de cet état de chose : les parents n'auraient plus de quoi payer la nourriture et seraient "obligés" de recourir à cette solution.
Situation paradoxale que celle du Cambodge qui est très nettement sur la voie d'un développement solide et rapide, en partie grâce à son or vert (voir poste suivant) , mais qui voit sa population incapable de se payer du riz en quantité suffisante.
A suivre.
Une de nos idées (c'est en multipliant les idées parfois farfelues que l'on trouve les solutions pérennes) pour inciter les élèves à rester à l'école est d'offrir un vélo aux élèves de niveau 6 qui
terminent l'année ; cette bicyclette est, par ailleurs, indispensable à ceux des jeunes qui veulent continuer au collège, distant de 10 km. De toute façon, un vélo (supplémentaire?) est toujours le très bienvenu dans une famille.

04 mai 2008

 

Moins d'un millième des Cambodgiens sont abonnés à l'internet


PHNOM PENH, 3 mai ( agence de presse Xinhua) -- Environ 13.000 Cambodgiens, soit moins d'un millième de la population totale, sont abonnés à l'internet, révèle un sondage publié samedi par le journal Phnom Penh Post.

La plupart des internautes se trouvent dans la capitale, Phnom Penh, et dans la province touristique de Siem Reap, indique le sondage mené dans 14 villes du pays.

Parmi les personnes sondées, environ 21,5% des internautes sont insatisfaits du coût, 44,6% le sont de la fiabilité et 5,7% de la vitesse, selon l'enquête.

Il existe actuellement neuf fournisseurs de service internet au Cambodge, le premier occupant une quote-part du marché de 28,8%.

La plupart des opérateurs d'internet au Cambodge utilisent les satellites pour brancher à l'internet. A présent, la connection à fibre optique est en cours de construction dans l'ensemble du pays.

Note du blogger : La proportion de personnes étant capables d'utiliser un ordinateur est plus élevée, au moins 1 pour cent, mais l'achat d'un ordinateur reste cher dans un pays où l'informatique est loin d'être une priorité et où l'électricité n'est même pas fournie partout. Quant aux connections Internet elles sont tout simplement hors de prix, même pour des occidentaux (au moins 5 fois plus cher qu'en France pour une bande passante TRES TRES limitée, suivant votre utilisation, on dira que c'est environ 100 fois plus cher qu'en France). Autre exemple, Map qui fait des études supérieures d'informatique n'a même pas Internet dans son université.



02 mai 2008

 

Les exportations de riz vont reprendre

Dans un contexte de crise mondiale autour des denrées alimentaires, le premier ministre a décidé de mettre fin à l’interdiction d'exporter du riz. Fin mars, le gouvernement avait suspendu les exportations de cette céréale pour une période de trois mois.


Le président de la Banque mondiale a lancé, mardi 29 avril, un appel aux gouvernements, leur demandant «de ne pas recourir aux interdictions d’exportations», qui contribuent à l’augmentation des cours des denrées alimentaires.


Le lendemain, mercredi 30 avril, lors d’un déplacement dans la province de Kampong Cham, pour l’inauguration d’une pagode, le premier ministre n’a pas tardé à réagir. Il a annoncé que le Cambodge «devait remplir ses obligations internationales en aidant d’autres pays». Il prévoit d’autoriser à nouveau les exportations, sans toutefois avancer de date. Outre le fait de participer à la solidarité internationale, Hun Sen a expliqué que cette décision permettrait aux paysans de trouver de nouveaux débouchés pour leurs récoltes. Le pays, à une échelle moindre que la Thaïlande ou le Vietnam, figure parmi les exportateurs de riz.

Fin mars, le gouvernement avait suspendu les exportations de cette céréale pour une période de trois mois, lorsque les prix crevaient le plafond. Avant de les autoriser à nouveau pour trois provinces seulement, peu de temps après. La semaine dernière, il avait également autorisé la vente de 6000 tonnes de riz brisé au Sénégal.

Alain Ney, © Cambodge Soir Hebdo, ABONNEZ VOUS

01 mai 2008

 

Mae Afrik grand mère


Non, rien à voir avec Makara [que l'on voit ici sur cette photo avec sa maman et qui sera bientôt plus grande qu'elle].
Mae Afrik avait eu une première fille il y a plus de vingt ans mais comme elle était incapable de s'en occuper [déjà!], une ONG avait prix l'enfant en charge.


Arrivée à l'âge adulte cette fille est naturellement retournée vivre auprès de sa mère, a trouvé un mari et est maintenant maman de ce charmant mais minuscule bébé.
Mae Afrik aimerait offrir une cabane comme celle que nous lui avons donnée au jeune couple qui est actuellement en location.

Sujet de réflexion pour les membres du Club Sre Ambel : est-ce bien raisonnable de faire des enfants quand on est si pauvre et qu'on est pas vraiment certain d'être capable d'en prendre soin à tous points de vue? Est ce que la raison doit être consultée en la matière? Est ce que "la vie" ne doit pas être plus forte que tout?

 

Poursuite de la distribution de petits-déjeuners aux écoliers

Un temps menacée, cette mission assurée par le Programme alimentaire mondial continue pour le moment grâce au riz donné par le gouvernement.

Après une réunion à Berne, devant plusieurs responsables des Nations-unies sur le thème de la crise alimentaire, Ban Ki-moon a invité les pays membres à répondre, dans les plus brefs délais, à l’appel de fonds supplémentaires lancé par le Programme alimentaire mondial (PAM). L’organisme a besoin de 755 millions de dollars pour faire face à l’augmentation du prix des denrées.

Au Cambodge, Thomas Keusters, directeur du PAM dans le pays, avait annoncé «la suspension prochaine de la distribution de petits-déjeuners pour 450 000 petits écoliers de 1350 établissements scolaires». A la suite de l’appel qu’il avait lancé aux autorités cambodgiennes et à la communauté internationale, au début de la semaine, le « gouvernement nous a annoncé la livraison dans les jours qui viennent de 3 000 tonnes de riz », indique Coco Ushiyama, directrice adjointe du PAM au Cambodge. Le gouvernement tient ainsi ses engagements envers l’organisme, au moment où celui-ci en a le plus besoin, alors que les cours du riz s’affolent.


Malgré tout ce ne sera pas suffisant. Pour mener à bien ses missions auprès des écoliers et des personnes fragiles, le PAM estime ses besoins, en 2008, à encore 2700 tonnes de riz et quelque deux millions de dollars.

Alain Ney © Cambodge Soir Hebdo. ABONNEZ VOUS

This page is powered by Blogger. Isn't yours?